Vous avez dit entretien professionnel ?

22 Mar 2019 | Article

L’entretien professionnel est obligatoire dans les entreprises depuis la loi du 5 mars 2014, sur la formation professionnelle, l’emploi et la démocratie sociale.

Êtes-vous concernés ?

L’entretien professionnel est obligatoire pour tous les salariés : CDI, CDD, temps plein et partiel… de toutes les entreprises, quel que soit son secteur. D’après la loi sur la formation professionnelle, il doit également être proposé : “au salarié qui reprend son activité à l’issue d’un congé de maternité, d’un congé parental d’éducation, d’un congé de soutien familial, d’un congé d’adoption, d’un congé sabbatique, […].”

A quoi sert l’entretien professionnel dans la GPEC ?

Cet entretien obligatoire, outil GPEC, bisannuel doit se dérouler entre un salarié et son employeur. Il a pour objectif d’envisager les perspectives d’évolution professionnelle du salarié au sein de l’entreprise.

Lors de rendez-vous, différents points doivent être évoqués : la qualification pour évaluer les compétences du salarié, connaître son niveau de satisfaction de sa place dans l’entreprise, savoir s’il est confronté à des problèmes et comment les surmonter. L’employeur doit alors juger s’il y a besoin d’effectuer un changement de poste, une promotion ou une mobilité interne. Cet échange permet de prévoir les formations que le salarié pourra suivre pour le faire monter en compétences.

De plus, selon le petit juriste “un état des lieux devra être fait tous les six ans au cours de l’entretien professionnel” pour suivre et revoir les évolutions du salarié.

Quel risque si je ne respecte pas la loi ? 

La loi sur la formation professionnelle qui oblige les employeurs à réaliser les entretiens professionnels précise également les sanctions encourues en cas de non respect des conditions.

Pour une entreprise de 50 salariés minimum, si le salarié n’a pas bénéficié de ces entretiens et d’au moins une formation les 6 dernières années, l’employeur devra abonder son CPF (compte personnel de formation) de 3 000€. Et sachez que le Trésor public veillera à cette obligation. En savoir plus ici.  

En clair, si j’ai 80 salariés dans mon entreprise et que je n’applique pas cette disposition pour 15 d’entre eux, je devrais verser 45 000 euros.

En ce qui concerne les entreprises avec moins d’effectif (inférieur à 50 salariés), il y a fort à parier qu’en cas de contentieux l’entreprise défaillantes soit condamnée pour le préjudice subi par le salarié dans le cadre de son développement professionnel.

ISIRH, votre outil GPEC pour sécuriser votre processus

Il est essentiel de gérer les entretiens de façon efficace mais aussi d’interagir sur le processus de formation. Et tout cela sans consommer trop de temps !

N’attendez pas qu’il soit trop tard, c’est aujourd’hui le moment de fiabiliser ces processus !

L’organisation de l’entretien professionnel incombe à l’employeur, et il doit le prouver. Il doit faire état du parcours professionnel du salarié, des formations suivies et des progressions salariales. Une traçabilité s’impose donc.

ISIRH est donc sans aucun doute LA SOLUTION pour vous accompagner à moindre coût car cet outil GPEC vous offre cette traçabilité grâce à ces nombreuses fonctionnalités de gestion des entretiens.

Il vous permettra une extrême souplesse de gestion, la planification des entretiens, une personnalisation totale de vos supports d’entretien que vous souhaitez joindre sur l’outil GPEC ISIRH, la gestion et l’envoi des convocations, des prises de rendez-vous, de l’archivage numérique.

C’est aussi la possibilité de connecter étroitement ce processus avec l’entretien annuel d’évaluation mais aussi dans le cadre du suivi des actions de formation. Tout cela est prévu dans les 80 modules de la solution ISIRH.

Prêt à rendre Easy vos RH ? Contactez-nous pour une démonstration gratuite.

A propos de l’auteur :

Michael Vautier

DRH Solutions

DRH SOLUTIONS : Votre partenaire RH au quotidien.
La gestion des RH est devenue de plus en plus technique, complexe et consommatrice de temps pour les équipes RH.